CafardNahHomme

Concerto n°2

30.05.15    5h40

L’une de mes oeuvres favorites est le Concerto n°2 en Fa mineur de Chopin ; il est en tout cas mon concerto pour piano fétiche. Je ne peux compter les fois où des larmes m’ont échappées des yeux face à temps de poids et de charme.

L’une de ses plus jolies interprétations se trouve chez le très réputé label Deutsche Grammophon, où il est à la fois joué et dirigé par Kristian Zimmerman, en compagnie des musiciens du Polish Festival Orchestra.

Je presse play et je me fais généralement avoir les deux accords concluant la très brève introduction du thème du Maestoso (1er mouvement), me retrouvant à baisser drastiquement le volume sauf que je finis, plus le morceau avance, à ne cesser d’augmenter ce volume sonore, attendant d’avoir les oreilles complètement immergées au sein de l’orchestre, frôlant mon seuil de douleur (sans être non plus déraisonnable, le tympan est une membrane bien trop fragile).

Immersion totale. Les paupières closes, le tourbillon de notes m’entraîne, déchirant, par moment plus tendre, amoureux voir joueur, ne revenant que plus révolté.

Pourquoi je l’aime tant? Simplement parce que ce concerto vous attrape par le coeur et le fait se changer en toutes les émotions qui sont à votre portées.

Puisse t-il également vous séduire, je suis pour ma part conquise.

Camille.

P.S. : Le Concerto n°2 de Frédéric Chopin ouvre le ballet de La dame aux camélias, si vous souhaitez découvrir le milieu de la danse et êtes déjà séduit par Chopin, rien de mieux que de débuter avec cette très belle pièce signée John Neuimeier.

Publicités

Zimerman est passé par là.

It’s been a while ..

 

Lorsque l’on tente de mettre du « matériel », du vivant sur une chose irréelle et qu’elle n’en devient que plus fantastique.

C’est le sentiment que j’ai ressenti tout au long du récital donné par Krystian Zimerman à la Salle Pleyel vendredi soir dernier.

Une brève apparition de l’un des responsables de la salle, rappelant, au nom de l’interprète que photos et enregistrements étaient interdits ; un concert étant un moment intime, privilégié, une sorte de cadeau offert par le musicien et que ces technologies viendraient bafouer, étaient à peu près ses termes.

Il est ensuite apparu, majestueux. Saluant brièvement son auditoire, dans son trois pièces queue-de-pie noir, chemise et noeud-papillon aussi immaculés que sa barbe et ses cheveux, il s’installe avec aisance, patiente recherchant le silence et ses doigts enclenchent les belles mélodies des trois dernières Sonates de Beethoven (les Nos. 30, 31 et 32 des opus 109, 110 et 111).

Assise au sein des places orchestres, j’étais fascinée. Impossible de garder mes yeux clos et ne me fier qu’à mes oreilles. L’élégance, la présence qu’il dégageait exerçaient sur moi le même pouvoir qu’un aimant, une force d’attraction à laquelle on ne peut résister. Scotchée, subjuguée, je pourrais affirmer que le temps s’était arrêté.

Il était là, assis devant son écrin noir, laissant par moment sa main libre danser lorsqu’il n’en requérait pas l’utilité, pour mieux retrouver sa jumelle ensuite, tournant avec douceur et une aisance presque effrayante les pages de ses partitions entre chaque mouvement.

J’ai par ailleurs appris, grâce à la brochure/programme, que malgré les énormes frais que cela peut lui coûter, Krystian Zimerman se déplace sans cesse avec son propre piano, dont il est lui même le « mécanicien ».

« Il y a dix as j’aurais dit que j’ajustais le piano au compositeur. Maintenant, je voudrais aller plus loin et dire que je l’adapte à un morceau en particulier. » (En 2008 dans le Financial Times)

Et c’est un vrai bijou. Des sonorités rondes, puissantes, avec juste ce qu’il faut de brillance pour éviter des aiguës  « sur-scintillants » et qui, malgré la froideur et la dureté que je prête à la Salle Pleyel, ne perdent pas leur « chaleur ».

Quant à l’interprétation je ne saurais tellement quoi vous dire, Monsieur Zimerman appartient indéniablement à mes pianistes préférés, notamment pour ses Ballades de Chopin, plaçant ralentis, accentuations, nuances magiquement où je souhaite les entendre, ses Sonates de Liszt généralissimes, son approche des oeuvres pour piano de Brahms… (enregistrements plus que conseillés qui plus est chez Deutsche Grammophon)

Emotion, maître mot.

 

Image

Curieuse de connaître les impressions que peuvent vous laisser un concert. (Dites moi tout)

Camille.